Vers un futur sans papier grâce à la lettre de voiture électronique

La lettre de voiture papier (CMR) a été pendant des années un obstacle majeur à la numérisation du transport international. Mais ce n’est plus le cas depuis quelques mois. Le transport de marchandises vers la Belgique, la France ou d’autres pays, peut désormais s’effectuer avec une lettre de voiture électronique (e-CMR). Allez-vous participer à cet effort de 180 millions d’euros d’économies de paperasses ?

La lettre de voiture n’est plus nécessaire depuis longtemps dans de nombreux pays européens. Une signature électronique sur le terminal du conducteur de camion tient lieu de preuve de livraison. À peine quelques instants après la livraison, cette preuve s’affiche sur les écrans au siège de l’entreprise de transport et du donneur d’ordre. Et avec un peu de chance, la facture sera envoyée avant même que le conducteur ne soit de retour.

Des lettres de voiture CMR illisibles ou égarées

Qu’en est-il dans le transport transfrontalier de marchandises ? En partie pour des raisons d’assurance et de responsabilité, nous dépendons toujours, pour le transport international, d’un document en papier : la CMR. Après la livraison, le conducteur doit demander une signature sur un formulaire généralement souillé et parfois illisible. Si par chance ce morceau de papier n’est pas égaré en route, il faudra attendre plusieurs jours avant qu’il ne soit remis au siège de l’entreprise. Chaque année, nous utilisons aux Pays-Bas plus de 40 millions de CMR. D’après la Fédération de transport logistique néerlandaise TLN, les Pays-Bas économiseraient 180 millions d’euros en frais administratifs s’ils remplaçaient les CMR papier par une version électronique.

CMR

C’est désormais chose faite avec l’e-CMR

Des initiatives ont vu le jour dans différents pays européens pour permettre l’utilisation d’une CMR électronique. Ainsi, le Benelux a démarré une expérimentation de CMR électronique durant 3 années, ce qui rend son adoption intéressante pour un nombre toujours plus élevé d’entreprises de transport. Dans le cadre de cette expérimentation, la CMR papier n’est plus exigée pour les transports au sein du Benelux. Et vu que la France et l’Espagne ont déjà ratifié le protocole e-CMR – comme 17 pays au total –, l’e-CMR suffit également pour les transports vers ces pays. Un voyage international sans papier est désormais réellement possible. Enfin !

Quelques instants suffisent

Qu’est-ce que cela signifie dans la pratique ? Comparez l’e-CMR avec l’appli de votre banque sur votre smartphone. Si vous souhaitez réaliser un paiement, l’opération dure à peine quelques secondes grâce à l’appli. Il en est de même avec l’e-CMR : il ne faut pas plus de quelques instants pour finaliser une livraison. En toute sécurité et conformément aux prescriptions légales. Et vu qu’il est question d’une lettre de voiture électronique, toutes les parties de la chaîne logistique sont immédiatement informées lorsque la lettre de voiture est finalisée. Elles peuvent immédiatement passer aux étapes suivantes. L’entreprise de transport peut donc envoyer une facture au donneur d’ordre pour le transport et ce dernier peut à son tour envoyer une facture au client qui a réceptionné sa livraison.

e-CMR FleetXPS tablet-1

L’e-CMR entièrement intégrée à l’ordinateur de bord

Les entreprises de transport n’ont pas besoin d’une appli séparée pour finaliser les lettres de voiture. En effet, cela impliquerait que les conducteurs doivent finaliser deux fois chaque envoi : une première fois via leur ordinateur de bord habituel et une deuxième fois via une appli e-CMR. C’est pourquoi, chez Trimble, nous avons entièrement intégré l’e-CMR dans nos solutions télématiques. Cela signifie que les conducteurs peuvent utiliser la tablette amovible FleetXPS pour finaliser l’e-CMR. Ils n’ont donc pas à effectuer deux fois la même opération. De même, dans les grands sites de transbordement internationaux, il n’est plus nécessaire de procéder à des échanges de lettres de voiture papier pour transmettre les documents appropriés à chaque camion.

Deux expérimentations avec XPO et Bas

Trimble a récemment mis en pratique l’e-CMR. Ces derniers mois, nous avons démarré deux expérimentations en collaboration avec TransFollow : une première en France avec XPO Logistics et une deuxième aux Pays-Bas avec Bas Transport.

 

A propos de l'auteur

Fabien Dusserre

Country Manager France